Présentation des chiens de François Antoine

Arrivée de l'équipage à Saugues : 22 juin 1765
- 4 chiens limiers, dont l'un est resté malade au cours du voyage.
Soit 1 bon limier et 2 médiocres chiens aboyeurs dirigés par le garde-chasse Maréchaux de Fointainebleau (& valet de limier).
- 1 forte levrette mâtine (trop faible d'après Antoine).

Apport du Gévaudan :
- 5 à 6 chiens mâtins du pays - une laisse de 4 dogues mâtins / suivant les indications d'Antoine.

Souhait de renfort de chiens de la part d'Antoine :
- 12 limiers et 6 bons chiens courrants pour le loup. Juillet 1765.

Demande par courrier du 29 juillet 1765 :
- 1 limier et 3 bons chiens courrants pour le loup, du choix du sieur du Cambar - Capitaine des chasses de la vénérie de Monseigneur le Duc de Penthièvre et du domaine du duché-pairie de Rambouillet.
- 1 limier (Lice Dorade), qui sert au garde-chasse Maréchaux de Fontainebleau, sera demandée à monsieur le Marquis de Montmorin - Capitaine des Chasses.
- 1 limier et 3 chiens courrants pour le loup seront sollicités auprès de Onseigneur le Marquis de Champigny, qui possède une excellente meute de chiens pour le courre du Canis lupus, au château de Champigny, près de Sens.
- 3 grands et forts lévriers à gros poils de Champagne, qui ont du nez (flair pour le loup), afin de constituer une laisse avec la levrette mâtine et une seconde avec celle des quatre dogues mâtins fournis par le Gévaudan. L'ensemble étant conduit ici par le sieur Chabeau - garde à cheval du Duc de Penthièvre - et le sieur Duvaux - valet de chiens de l'équipage du Vautrait de Saint-Germain-en-Laye (Capitainerie de Sauint-Germain).

Effectif finalement autorisé par le pouvoir royal le 21 août 1765 :
- 12 chiens au total, dont 5 de Louveterie.
- 1 limier et 3 chiens courrants pour le loup fournis par la maison de Penthièvre.
- 1 limier (Lice Dorade) et 2 chiens aboyeur de la Capitainerie de Fontainebleau, avec l'accord de Monsieur le Marquis de Montmorin.
Le reste de l'effectif canidé étant constitué par des limiers , chiens courrants, lévriers et mâtins de l'équipage de la Louveterie du Roi, à) la place des chiens courrants de Monsieur le Marquis de Champigny.
L'ensemble de la meute sera conduite en Gévaudan par le sieur Chabeau - garde à cheval de Monsieur le Duc de Penthièvre et un valet de chiens de la Louveterie du Roy en remplacement du sieur Duvaux de Saint-Germain-en-Laye, qui se trouvait en déplacement cynégétique dans le pays de Bavière.

Arrivée du renfort de chiens dans le Gévaudan : 16 septembre 1765

octobre 1765 :
François Antoine précise dans l'une de ses nombreuses lettres qu'il n'y a que cinq ou six chiens de Louveterie qui se montrent efficaces sur le terrain.