Présentation de François Antoine

Robert-François-Marc Antoine

Fonctions et titres :

- Cavalier de la Garde Ordinaire des Chevau-Légers du Roy (rang de lieutenant de cavalerie) depuis le 10 mai 1763 jusqu'au 31 décembre 1779. Il fut également porte-arquebuse, pour Mgr le Dauphin, et de seconde charge pour le roi Louis XV, puis porte-arquebuse et lieutenant des chasses à tir de Sa Majesté Louis XVI.


Son frère aîné, Jean-François Antoine, Seigneur de Frileuse, était capitaine dans cette même unité de la Maison Rouge de sa Majesté Louis XV le Bien-Aimé. Outre cette fonction militaire, ce dernier - qui était Chevalier de Saint-Louis depuis 1758 - servit aussi en tant que porte-arquebuse du Dauphin puis du Roi, et comme Lieutenant et Commandant des Chasses à tir du Roi à la Capitainerie de Saint-Germain-En-Laye. Ses autres attributs concernaient les titres de Garde du Magasin des Poudres du Roi et du Cabinet des Armes de Guerre. Sous le règne de Louis XVI, Jean-François Antoine devint le Premier Lieutenant des Chasses du Roi à Rambouillet. Ce château et son domaine seront tardivement acquis par le roi, le 29 décembre 1783. Nous pouvons penser que son titre de terre "de Frileuse" avait été obtenu par l'achat d'une propriété en Eure et Loir, pays déjà bien connu de son demi-frère Robert-François-Marc Antoine, puisque son épouse était originaire de la ville de Houdan, située aux confins des Yvelines, juste au Nord-Est de l'Eure et Loir. Les seigneurs de Beauterne (dont Jean de La...) étaient originaires de cette région. Mais il existe d'autres terres de Frileuse, notamment dans les Yvelines, et à défaut de documents probants, nous restons ici dans le domaine de la supposition par rapprochement.

Extrait de discussion avec M. Berthelot, à propos de la signature "de Beauterne" :
"[...] Mais je pense avoir découvert l'origine du fief et de la particule "de Beauterne". Cette dernière fut probablement acquise en 1771, suite à son union avec Elisabeth-Sophie Thierry de la Ville d'Avray, qui était originaire de la ville de Houdan (non loin de la terre de Beauterne) et qui possédait probablement dans sa dot la terre de Beauterne, achétée auprès des descendant du sieur Jean de la Gravelle, Seigneur de Beauterne !... Ce Seigneur était aussi membre de l'église de Houdan ! A cette heure, il n'y a pas d'autres explications plausible !... Alors, soit la signature sur l'archive dont vous parlez est un faux (signature en question en bas de page, Ndr), soit l'utilisation de la particule de Beauterne est abusive et illégale. Mais en 1765, il se peut que Elisabeth était déjà la fiancée (ou la promise) de Robert-François-Marc Antoine et que, connaissant déjà ce que le mariage avec cette personne lui apporterait en titre et en particule supplémentaire, il s'autorisait dès lors à employer le titre de Beauterne pour se démarquer de son père, bien qu'il n'en fut pas encore le dépositaire officiel. C'est une sorte d'usurpation anticipée, ne causant grand mal à personne, mais qui justifie bien, dans ce cas précis, qu'il n'était pas encore "de Beauterne" en Gévaudan."

Patrick Berthelot
____________________________

Voilà donc qui devrait, j'ose en tout cas l'espérer, combler les théoriciens de tous bords :