Taxidermie assistée par ordinateur

Introduction

Cela fait longtemps que je voulais ouvrir une section comme celle-là sur mon site. Une partie où l'on parlerait "bête" mais au niveau anatomique seulement. Tenter de donner vie à un mythe, en partant des témoignages d'époque et en essayant de leur donner une vérité scientifique. Mais avant de nous attaquer à l'aspect extérieur, il faut s'occuper de la base.

Cette base, je l'ai longtemps tournée et retournée dans ma tête avant de faire le premier croquis. Mais le style "fil de fer" n'était pas satisfaisant. Alors je me suis tourné vers une phase de modélisation 3D...en allumettes. Souriez tout votre saoûl, mais je suis très sérieux et j'en veux pour preuve la photo ci-dessous :

Bête en allumettes

Résultat assez marrant je trouve enfin, ça a surtout été marrant à monter (!). Mais sans aucune référence à côté, j'avoue que ça n'évoque rien. J'ai donc fait un homme, lui aussi en allumettes :

Bête et humain en allumettes

Mais n'étant pas un crack en infographie, il m'a été impossible d'aller plus loin, alors la maquette a fini sur une étagère. Un jour, à force de chuter sous les assauts de mon chat, j'ai du me résoudre à la mettre à la poubelle. Il m'aurait fallu un miracle pour continuer.

Et puis un peu par hasard, à un moment où cette section là dans mes recherches était au point mort tant je n'avais aucune piste, j'ai rencontré Lionel, un infographiste neo-bestieux qui cherchait quelqu'un pour le renseigner sur le physique de la bête, afin d'en faire modèle numérique...

Appelez ça de la chance, une coïncidence, moi je trouve que c'est bien tombé. Un premire échange de mail nous a permis de discuter un peu de l'idée que chacun se faisait du travail. Nous sommes vite tombés d'accord sur la manière dont nous allions procéder : créer une page web pour faire profiter tout le monde de l'avancée des travaux, et une fois ce premier projet informatique terminé, trouver un moyen d'en faire une sculpture ou un moulage taille réelle (oui, nous sommes aussi rêveur l'un que l'autre).

Retour en haut de la page

Première planche

Je lui ai ainsi envoyé tout ce que je possédais qui puisse l'aider. Quelques jours plus tard j'ai reçu par mail le document ci-dessous.

Planche 2

Pour commencer par quelque part, Lionel a simplement appliqué les mesures du rapport Marin sur une silhouette de chien standard. Les longueurs ne correspondent pas aux mesures écrites, c'est juste pour voir si les mesures désignent les bons endroits. Comme les descriptions de maître Marin sont loin de celles qu'aurait faites un naturaliste : des détails sans importance sont relevés - ex : la "membrane singulière" de l'oeil est en fait la membrane nictitante, qui agit comme une sorte d'essuie-glace sous les paupières de la plupart des canidés et des félidés - et d'autres qu'il aurait été intéressant de connaître sont inexistants.

Comme je ne suis pas vétérinaire, il me fallait un consultant fiable. Cette représentation de la Bête, Lionel et moi la voulons la plus crédible possible, même si elle est déjà sujette à caution puisqu'elle se base sur le rapport de maître Marin qui décrit un animal que tout le monde ne reconnaît pas comme la vraie Bête du Gévaudan. Mais il me semblait qu'un avis officiel serait intéressant et bienvenu.

J'ai donc immédiatement pensé à Franz Jullien qui est- à la Direction des Collections du Muséum National d'Histoire Naturelle - le chef d'atelier de la plate-forme technique moulages et restaurations, et avec qui j'ai lié une amitié solide depuis notre rencontre lors du tournage de mon reportage sur le sujet. Il a accepté avec plaisir de nous donner un coup de main et de nous éclairer de ses lumières.

Retour en haut de la page

On repart de zéro

Premier échange de mail et déjà l'avis de Franz nous force à reprendre à zéro : en bon taxidermiste, il nous a conseillé de partir d'un squelette et non d'une silhouette d'animal, qui risquerait de conditionner le travail. Lionel l'a donc soigneusement écouté, et a fait un premier modèle. Des "boites en bois" représentent les parties principales de l'animation, puis elles sont remplacées par un squelette. On retrouve un peu l'allure "fil de fer" de la maquette en allumettes, qui a été utilisée comme base pour ce premer modèle.

Cliquez sur "lecture" pour lancer l'animation

La Bête semble déjà avoir une bonne envergure, mais il y a pourtant une erreur considérable : la taille des êtres humains est la taille moyenne actuelle (2008), soit 180 cm pour l'homme, 160 cm pour la femme et 130 cm pour l'enfant. Je me suis renseigné sur internet pour retrouver la taille des français au 18ème siècle. Plusieurs sites sont disponibles, et tous donnent sensiblement la même valeur : 167 cm pour l'homme adulte. Cela change la donne d'une manière assez conséquente, car si l'animal était déjà imposant par rapport à un homme de 1,80 m, il l'est encore plus avec un homme à la taille d'époque. Jugez plutôt de ce deuxième travail :

Cliquez sur "lecture" pour lancer l'animation

Imaginez des poils hirsutes, des babines retroussées, on y croirait presque ! Mais ceci ne sert qu'à avoir un aperçu du rapport de taille. Il a fallu ensuite faire un squelette seul, aux bonnes dimensions.

Partie 3

Ci-dessus : la Bête – première étape du squelette

Je sais, ça ne montre rien de précis, surtout sans une référence à côté, mais ça va venir. ;-) Pour vous faire patienter, voici une première ébauche du crâne de la Bête. Mais juste pour être chiant, plutôt dirai-je que c'est "une interprétation de ce qu'a pu être le crâne de la Bête tuée par Jean Chastel, autopsiée par le sieur Boulangier - apothicaire de son état -, vue et décrite par maître Marin, notaire royal". Mais j'en convient, c'est pas la version la plus courte.

Partie 4 - Crâne 01

Impressionnant, hein ?
Et ce n'est le résultat que d'une après-midi de travail !
Bon à savoir : toutes les mesures du crâne sont celles tirées du rapport Marin, y compris la taille des dents mais celles-ci ne sont pour le moment qu'au stade d'ébauche. Il faudra encore une trentaine d'heures de travail à notre bestio-graphiste pour faire le crâne "correctement" (selon ses propres termes).

Retour en haut de la page

Anatomie pratique

Pendant que le crâne se paufine, moi, je cherche toujours des infos qui pourraient nous être utiles. C'est ainsi qu'en argumentant sur la véracité d'un "problème" que pose le rapport Marin, Franz m'a expliqué les raisons qui fondent ses doutes. Dans le rapport incriminé, maître Marin note "Il aé encore paru apropos D’Observer que ces côtes ne Ressemblent pas a celle du loup ce qui donnoit a cet animal la liberté de se retourner aisement, au lieu que les côtes des loups étant obliquement posées ne luy permettent pas cette facilité".

Mais qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ? À priori, selon les informations regroupées sur ledit rapport et la lettre d'Auverge, il y aurait eu, pour décrire l'animal le jour de la nécropsie les sieurs Boulangier, A de La Mothe, M de la Tour d'Auvergne, le marquis et le comte d'Apcher, les chasseurs et personnes connaisseuses présentes, etc....Pas mal tout ce monde, mais du coup, maître Marin a certainement dû faire un condensé de tout ce qui a été dit. Sa description peut donc paraître décousue et quelques fois contradictoire, ou un peu bancale, mais elle est relativement confirmée par la lettre d'Auvergne.

Donc Marin note ce qu'on lui dit, mais qui a dit que les côtes étaient placées singulièrement ? Un chasseur ? un paysan ? Mystère. De plus sin on regarde les côtes de différents animaux comme le loup ou l'hybride chienne / loup, on voit bien que les côtes n'ont rien de singulier.

Squelette de loup de profil.
Un loup.

Hybride de chienne et de loup
Un hybride de chienne et de loup.

Alors quel crédit peut-on accorder à cette particularité ? Aucune à ce qu'il semblerait. En tout cas c'est ce que m'a dit Franz et sur le plan anatomique, je lui fais confiance. Mais ça ne m'empêchera pas de vérifier auprès d'un vétérinaire... ;-)
Donc Lionel doit faire des modifications pour coller les omoplates au reste de la cage thoracique, ce qui devrait théoriquement avoir pour effet de remonter un peu l'avant du corps. Enfin, on verra bien.

Retour en haut de la page

Crâne suite et fin

Il aura fallu un peu plus de quarante heures de travail pour arriver à ce résultat, ma foi très convaincant, du crâne de la bête tuée par Jean Chastel. Un peu de mise au point sera toutefois nécessaire pour valider une version "définitive". Notamment parce que certains points anatomiques restent à vérifier.

Partie 5 - Crâne 02



____________________________________________________

ANNEXES

Puce rapport Marin Rapport Marin Format .pdf ; Acrobate Reader nécessaire.
Puce lettre d'Auvergne La lettre d'Auvergne
____________________________________________________


Retour en haut de la page