Statistiques

On dit souvent, ou on s'entend dire que la Bête du Gévaudan n'attaquait que des femmes et des enfants. Ces statistiques vont vous prouver le contraire. Pour vous expliquer exactement ce qu'il en est, je vais utiliser une partie du travail de recherches de Sieur Bonet, et me contenter d'une liste composée uniquement des victimes officiellement recensées (cliquez ici pour ouvrir le fichier au format .pdf).

Tout d'abord, que disent-elles, ces sources officielles ? En se basant donc sur les actes de décès ou les courriers officiels, on peut estimer le nombre de victimes à 77 attaques "simples", 36 attaques avec blessures et 90 attaques avec décès. Soit un total de 203 victimes officiellement recensées.

Statistiques officielles seules

Ci-dessous, vous trouverez un tableau montrant les catégories de victimes selon chaque période de l'année. Nous avons la chance, dans l'affaire de la Bête, qu'elle se situe presque parfaitement entre le début du printemps 1764 et la fin de celui de l'année 1767. Trois ans pleins, donc, qui montrent une très nette diminution du nombre de victimes après la mort de la Bête des Chazes, et la remontée spectaculaire à l'arrivée du printemps 67. J'entends par la catégorie "Attaques" les cas où les victimes n'ont eu "qu'une grosse frayeur" sans contact physique, les "Blessures" pour les cas de coups de griffes ou de crocs et enfin, "Décès" pour toutes celles qui n'ont pas survécu (à l'attaque ou à leurs blessures).

Période . Attaques .. . Blessures .. . Décès .. . Total
- Printemps Eté 64 0 0 7 7
- Automne 64 4+ 7 10 21+
- Hiver 64-65 16 12 28 56
- Printemps 65 16 12 28 56
- Eté 65 12 6 7 25
- Automne 65 5 2 0 7
- Hiver 65-66 2 0 3 5
- Printemps 66 4 2 2 8
- Eté 66 3 0 1 4
- Automne 66 0 0 1 1
- Hiver 66-67 3 0 2 5
- Printemps 67 10 1 15 26
TOTAL 75+ 42 104 221+

Maintenant, voyons comment se répartissent les attaques en elles-mêmes :
Malgré tout ce qu'on a pu lire, la Bête attaque autant les hommes (93 victimes : 45,8%) que les femmes (94 victimes : 46,2%). Il faut ajouter environ 16 cas où le sexe de la victime n'est précisé ni par un acte de décès ni par un prénom. Mais on peut, en partant de ces mêmes 203 victimes, faire d'autres catégories. On voit ainsi que 110 attaques sont menées sur des moins de seize ans, 66 sur les plus de seize, et pour 27 cas le sexe de la victime n'est pas connu.

Le risque par rapport à votre âge et votre sexe, en Gévaudan à l'époque de la Bête, était par ordre :
- Le garçon -16 ans : 60,2% des attaques
- La fille -16 ans : 44,7% des attaques
- La femme adulte : 40,4% des attaques
- L'homme adulte : 27,9% des attaques
La victime ne meurt pas à chaque fois, même blessée. On a ainsi 113 survivants, contre 90 décès (55,6% contre 45,4%). La Bête tue donc en moyenne une fois sur deux. Les femmes décèdent dans 59,5% des cas (29% pour les hommes), et ne s'en sortent indemnes que dans 25,5% des cas (48,3% chez les hommes). Les blessés (ni morts ni indemnes) représentent 14,8% chez les femmes contre 22,5% chez les hommes. Les enfants sont également plus susceptibles de décéder (69% contre 31% chez les adultes) et d'être blessés (75% contre 25% chez les adultes).

Sur 203 attaques, nous en avons 125 pour lesquelles il y a eu au moins un témoin :
- la victime = 21% des cas
- la victime et/ou d'autres témoins = 53% des cas
- autres témoins que la victime = 8,3% des cas
Tous les témoignages (y compris ceux parlant d'une bête "boutonnée" etc.) parlent d'un animal; aucun ne mentionne jamais un être humain.
16 cas de décapitations avérés sont recensés, soit 7% des attaques et 17,7% des décès. 15 d'entre eux n'ont eu aucun témoin. Pour le seul cas où il y a eu un témoin (24 mai 1765), il s'agit du frère de la victime, qui n'a vu qu'un animal.

_____________________________________________________

Des questions ?
C'est ici.

Retour en haut de la page